Objectifs

La formation proposée par l’Université-Nanterre souhaite répondre à des enjeux sociétaux, géopolitiques et éthiques centraux pour notre époque dans le champ du patrimoine et du droit, en approfondissant les débats au delà des controverses, par l’apprentissage de la rigueur d’une méthode.

Elle souhaite traiter trois problématiques d’actualité qui ont chacune leur spécificité mais se rejoignent dans certains modes d’approche, à savoir la question de la circulation illicite ou illégitime :

           

1. des biens spoliés durant les persécutions nazies et objets saisis dans la zone d’occupation soviétique, la RDA

2. des objets collectés ou pillés durant la période coloniale.

3. des objets déplacés dans le contexte des zones de conflit actuelles

La formation a pour objectif de préparer professionnels ou jeunes diplômés à formuler des réponses aux quêtes de propriétaires ou de leurs héritiers, dans le contexte des démarches individuelles, institutionnelles, ou étatiques.

Les enseignements au sein du diplôme universitaire proposé préparent à l’activité ou au métier de chercheur de provenances, qu’il soit exercé au sein d’une institution patrimoniale, d’un cabinet juridique, d’une maison de vente ou du marché de l’art (galerie, assurances…), auprès d’une personne privée, ou dans le cadre d’une organisation nationale ou internationale (douanes, polices spécialisées, institutions internationales de protection patrimoniale…).

Cette formation, à la fois technique et adossée à des réflexions sur la société contemporaine, vise à :

  • former aux sources, outils et techniques de recherche de provenances en donnant les clés de la recomposition des historiques des œuvres dans les archives et les documentations (muséales, nationales, familiales…), mais aussi en usant des plateformes, bases de données conçues pour pister les œuvres recherchées, et en démontant les mécanismes de la vente frauduleuse en ligne
  • affiner la capacité des étudiants et professionnels en matière d’analyse matérielle des œuvres et des conditions de leur conservation, tant du point de vue de l’analyse des marques historiques que de la connaissance des principes de gestion pratiques des mouvements des œuvres
  • acquérir une culture historique et institutionnelle qui permette de saisir les enjeux éthiques, symboliques, diplomatiques, politiques et humains, de ces recherches de manière scientifique
  • former au droit comparé du patrimoine et de l’art, ainsi qu’aux procédures policières, douanières, juridiques qui encadrent la recherche des œuvres, de leur provenance, et la restitution
  • acquérir une expérience pratique significative au contact des acteurs de ces recherches sur les circulations d’œuvres
  • initier aux modalités de diffusion de la recherche de provenances (médiation, base de données, exposition, publication…)